Pour aider les enfants de Kinshasa.

Liste de commentaires pour la catégorie ‘Action locale’

La Campagne de sensibilisation 4ème et 5ème édition

Date de publication: 26 février 2013 | Action locale | Pas de commentaire »

Parmi les objectifs de OLV il y a la sensibilisation sur les maltraitances faites aux enfants en général et particulièrement à ceux dits sorciers.
Pour atteindre cet objectif, chaque année, en collaboration avec divers partenaires tant nationaux qu’internationaux, nous essayons de sensibiliser la population congolaise au phénomène «  des enfants dits sorciers » et autres.

Dans OLV l’histoire de la première Edition de la sensibilisation a commencée par le partenariat avec Théâtre de Poche Belgique en 2007 avec la collaboration de Canacu Théâtre de Kinshasa.
Nous avons mis en place une pièce de théâtre dénommée « Un enfant c’est pas sorcier » qui a été jouée dans des écoles de Kinshasa (35 représentations.) avec le financement du CGRI.

La deuxième édition était réalisée en collaboration avec le CATSR (Comité d’appui au travail social de la rue) et ASADHO (Association africaine de droit l’homme) des structures de Kinshasa, où nous avons fait imprimer des autocollants avec la mention «  un enfant c’est pas sorcier » et en lingala  « mwana azali ndoki te » c’était en 2008.
Ces autocollants étaient placés sur des voitures, sacs, murs et autres surfaces. Avec l’appui financier de OLV Belgique.

La Troisième Edition fut réalisée avec l’appui technique du Thêatre Embassy, de la compagnie Dakar des Pays Bas et de K-mu théâtre de Kinshasa. Nous avons à nouveau mis en place une pièce de théâtre qui a été présentée plus 100(cent) fois dans toute la ville de Kinshasa, où nous avons atteint plus de 100 0000 spectateurs. C’est la plus grande campagne de sensibilisation jamais réalisée en RDC pour la problématique des enfants. Cette campagne avait reçu l’appui financier de l’ambassade de Hollande en RDC, Art et Action, CORDAID, en 2009-2010.

La Quatrième Edition, était dans la province du Bas-Congo à l’ouest de Kinshasa. Dans cette province nous avons fait appel à des comédiens et musiciens locaux. Une pièce de théâtre a été créée et mise en place et produite 30 fois dans toutes les grandes villes de la province. Cette édition avait reçu l’appui technique de Compagnie Dakar et du Théâtre Embassy et l’appui financier de l’Unicef RDC et de l’Union Européenne, en 2011.

La Cinquième Edition, s’est déroulée dans la province de Bandundu. Nous y avons une fois de plus fait recours aux comédiens et musiciens locaux. Une pièce de théâtre était mise en place et produite 30 (trente) fois dans toutes les grandes villes de la province. Cette édition avait reçu l’appui technique de Compagnie Dakar et de Théâtre Embassy et l’appui financier de l’Unicef RDC et de l’Union Européenne, en 2012.

La suite de la sensibilisation n’est possible qu’avec le partenariat que nous venons d’avoir avec Unicef RDC, mais cela dans une des provinces non encore sensibilisée.
Le partenariat avec Unicef RDC porte sur la sensibilisation de la Loi portant protection de l’enfant dans son article 16 où il est question de l’enregistrement des enfants à l’Etat civil et de l’article 160 où il est interdit d’accuser un enfant de sorcellerie.

Armand OSESA OSUMBU,
Coordonnateur

Scolarisation

Date de publication: 9 septembre 2010 | Action locale | Pas de commentaire »

A ce jour, nous avons assuré avec succès la scolarisation de 47 enfants, dont 24 filles et 23 garçons, âgés de 10 à 17 ans.

photo011.jpg

Campagne de sensibilisation

Date de publication: 1 mars 2010 | Action locale, Actions | Pas de commentaire »

Du 4 décembre 2009 au 15 février 2010, nous avons réalisé une campagne de sensibilisation annuelle auprès de la population locale sur les méfaits et l’aspect criminel des maltraitances engendrées par les accusations de sorcellerie sur des enfants.

Au cours de cette comédie musicale purement congolaise : « Basal’ya bazoba »,  nous les avons aussi informés sur la nouvelle loi portant protection de l’enfant en R D C. Cette loi a été promulguée par le Président Kabila en 2008.

Nous avons mis un accent particulier sur les articles 49 et 160.

Article 49 : Les pratiques, traditions et coutumes qui portent atteinte au développement, à la santé, voire à la vie de l’enfant sont interdites.

Article 160 : Quiconque impute méchamment et publiquement à un enfant un  fait précis qui est de nature à porter atteinte à son honneur et à sa dignité est puni d’une servitude pénale principale de deux à douze  mois et d’une amende de deux cents mille à six cents mille francs congolais.En cas d’accusation de sorcellerie à l’égard d’un enfant, l’auteur est puni d’une servitude pénale principale de un à trois ans et d’une amende de deux cents mille à un million de francs congolais.

La réalisation de cette campagne a pu voir le jour grâce au soutien des Théâtres Ambassy et La Compagnie Dakar  (Pays-Bas.)  En tout cette campagne s’est produite dans toutes les 24 communes de Kinshasa à raison de 4 représentations par commune dans des écoles ou des lieux publics (terrains de football)

photo02.jpg

Lire la suite »

Kinshasa, conclusions de la campagne “Un enfant, c’est pas sorcier”

Date de publication: 16 juin 2007 | Action locale, Actions | Fin des commentaires

En point final de la campagne de sensibilisation, cette manifestation a tenté de convaincre la population et ses dirigeants qu’un enfant, c’est pas sorcier et qu’il doit être protégé.

En conclusion de la campagne générée par le Théâtre de Poche et les subsides qu’il avait obtenu du CGRI, les différents partenaires, en tête desquels se trouvent les associations ASADHO, Cefocrim et Oser la Vie, ont décidé d’établir un plan en cinq ans pour approfondir le travail entrepris.

Les cibles seront les médias et les écoles.

La pièce “Un enfant, c’est pas sorcier” a été jouée dans une école et la direction souhaite prendre ce thème comme axe de travail avec les élèves pour l’année scolaire qui va s’ouvrir en septembre. C’est dire comme la problématique des enfants accusés de sorcellerie est considérée comme cruciale. Des dizaines d’autres écoles doivent être sensibilisées.

Quant aux médias, chacun sait l’influence qu’ils exercent sur la population et le collectif entend bien les utiliser un maximum pour éradiquer ce fléau.

campagne20071.jpg

Campagne d’opinion à Kinshasa « Un enfant, c’est pas sorcier ! »

Date de publication: 31 janvier 2007 | Action locale, Actions | Fin des commentaires

Roland Mahauden est directeur artistique du Théâtre de Poche à Bruxelles. Il est convaincu de la force de persuasion que son art peut exercer sur le public lorsqu’on lui propose du « théâtre engagé » aux deux sens du terme : celui de faire participer le public en l’invitant à réagir au cours de la pièce, et celui de véhiculer un message politique ou éthique.

Voilà qu’il s’attaque cette année à la problématique des maltraitances que certaines populations d’Afrique noire font subir aux enfants dits « sorciers ». Fruit d’une croyance coutumière, de l’ignorance des droits de l’enfant, et de la misère qui accule à des comportements extrêmes, l’accusation de sorcellerie touche beaucoup d’enfants de Kinshasa, de Lubumbashi et de l’est du Congo encore troublé par la guerre.

Roland s’allie à des associations locales actives dans la protection de ces enfants, dont « OSER LA VIE ». Il se met à construire avec elles un spectacle « engagé » dont le titre s’affiche sur les T-shirts noirs de tous les participants : « Théâtre de Poche – Un enfant, c’est pas sorcier ! ». 

affiche.gif

Lire la suite »