Pour aider les enfants de Kinshasa.

Liste de commentaires pour la catégorie ‘Action locale’

Organisation d’une visite aux enfants prisonniers

Date de publication: 4 juin 2020 | Action locale | Pas de commentaire »

Le 16 juin 2019 a été décrété Journée de l’enfant africain. Cette année, nous avons organisé une visite ainsi qu’une activité récréative avec les enfants prisonniers de la prison de Makala. Un match de football opposant nos garçons à ceux de la prison de Makala.

Les objectifs :

Sensibiliser nos jeunes à la précarité de la vie carcérale afin de prévenir la délinquance;

Offrir une activité récréative aux enfants de milieu carcéral et entamer un contact avec eux pour envisager un projet professionnel ainsi qu’une réinsertion sociale à la fin de leur peine.

Cette initiative a été louée par le Directeur de la prison.

La réflexion est en cours avec les Ministères des affaires sociales, des genres et familles ainsi qu’avec la direction de la prison de Makala. L’objectif est de créer une synergie pour un accompagnement post-carcéral de ces jeunes.

(Armand Osesa, coordonnateur Oser la vie Kinshasa)

Construire un foyer pour filles

Date de publication: 4 juin 2020 | Action locale, Actions | Pas de commentaire »

La continuité de ce que nous faisons depuis plus 15 ans maintenant reste notre priorité. Comme pour toute organisation humaine, nos besoins sont évolutifs.

Notre grand projet pour l’avenir est de créer un foyer d’accueil pour les jeunes filles en conflit avec leurs familles d’accueil et pour les filles qui malheureusement connaissent des grossesses précoces.

Malgré les séances annuelles d’éducation sexuelle et l’accompagnement social et scolaire, nous nous sommes quelquefois retrouvés face au problème des grossesses précoces !
Une grossesse fragilise encore plus les jeunes filles : leur passé d’enfant « sorcier » ressurgit et les rend encore plus vulnérables car aucune famille d’accueil n’accepte de garder une fille enceinte (mauvais exemple pour leurs propres filles s’ils en ont, peur d’une charge supplémentaire, etc.)

Actuellement, dans ce cas, la fille se retrouve dans la famille de l’auteur de la grossesse. L’accueil dans cette famille n’est que d’une courte durée. Au final, elle se retrouve dans une situation précaire et dans l’errance. Bien que son éducateur ou son éducatrice de référence continue à suivre sa situation et à lui apporter son soutien, souvent, on la perd de vue.
Malgré la déception, nous sommes convaincus que ces filles méritent notre accompagnement jusqu’à l’autonomie comme le veut notre philosophie. C’est pourquoi, nous voudrions nous doter d’une structure d’accueil adaptée qui pourrait permettre la poursuite de l’encadrement de ces filles en offrant un accompagnement sur mesure.

La structure actuelle de notre association ne nous permet pas de répondre à ce besoin.

Ce foyer sera une nouvelle opportunité de poursuivre l’accompagnement vers l’autonomie et la réinsertion dans la société en tant que citoyenne responsable.

Le coût de ce projet est de 44.460€. Nous avons une promesse de 16.000€
Si vous voulez participer au financement de ce projet, vous pouvez prendre contact avec nous afin qu’on vous l’expose en détail.

L’autonomie financière

Date de publication: 4 juin 2020 | Action locale, Actions | Pas de commentaire »

Les bénévoles et le personnel de l’asbl Oser La Vie ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à améliorer l’indépendance financière en développant des Activités génératrices de revenus (AGR) impliquant les filles qui ont fait la couture.

Dans ces activités, retenons :

  • –  L’atelier de coupe couture : La couture de sacs et tabliers en tissus africain.
    Vous pouvez nous soutenir en achetant ces articles à notre siège à Tongrinne : +32 475 791 437
  • –  La porcherie : vente des porcs. La porcherie fournit aussi la viande pour la maison Mama Emmanuelle ainsi que pour les fêtes de fin d’année.
  • –  L’espace de vente d’aliments pour bétails
Sac à main trapèze

La Campagne de sensibilisation

Date de publication: 4 juin 2020 | Action locale | Pas de commentaire »

Malgré la promulgation de la loi portant protection de l’enfant en R D C en 2009, la lutte pour le changement de mentalité reste de mise, tous les acteurs de terrains restent vigilants.
Nous admettons que depuis lors, il y eu une nuance dans le discours des pasteurs des « églises » de réveil, les enfants ne sont plus directement pointés du doigt publiquement mais la sorcellerie occupe une place très importante dans la justification de bien des maladies et des malheurs. La sensibilisation, est pour nous toujours aussi importante car tout danger n’est pas écarté.
La campagne 2019 a consisté en 4 journées de réflexion organisées en collaboration avec le BCGBBG (Bureau de Consultation Gratuite du Barreau de la Gombe ) Nous avons proposé divers ateliers de travail et de réflexion :

  • Fondement de la Loi sur la Protection de l’Enfant,
  • –  Organisation des tribunaux pour enfants,
  • –  Procédures applicables aux tribunaux pour enfants,
  • –  Rôle des assistants sociaux dans la Loi sur la Protection de l’Enfant

Ces sujets ont déjà été abordés avec des acteurs sociaux, mais cette année, le public cible était les familles , les élèves et les enseignants.

Accompagner les enfants vers l’autonomie

Date de publication: 4 juin 2020 | Action locale | Pas de commentaire »

Chaque année depuis 4 ans maintenant, nous avons la joie d’avoir des diplômé (e)s d’Etat parmi nos enfants : pour l’année 2018 – 2019 nous avons eu 2 diplômées en coupe et couture, ces études permettent déjà à ces deux demoiselles de gagner leur vie en faisant des petites prestations en attendant que nos finances nous permettent de les inscrire dans un stage de perfectionnement, celui-ci se déroule en 3 ou 6 mois.

A la fin de ce parcours, comme avec ceux et celles qui les ont précédés, nous leur donnerons un kit de démarrage pour ouvrir leur propre petit atelier de couture.
A chaque fois que nous avons réussi à conduire même un seul jeune à l’autonomie, nous avons un sentiment de plénitude.