Pour aider les enfants de Kinshasa.

Liste de commentaires pour la catégorie ‘Actions’

Campagne de sensibilisation

Date de publication: 1 mars 2010 | Action locale, Actions | Pas de commentaire »

Du 4 décembre 2009 au 15 février 2010, nous avons réalisé une campagne de sensibilisation annuelle auprès de la population locale sur les méfaits et l’aspect criminel des maltraitances engendrées par les accusations de sorcellerie sur des enfants.

Au cours de cette comédie musicale purement congolaise : « Basal’ya bazoba »,  nous les avons aussi informés sur la nouvelle loi portant protection de l’enfant en R D C. Cette loi a été promulguée par le Président Kabila en 2008.

Nous avons mis un accent particulier sur les articles 49 et 160.

Article 49 : Les pratiques, traditions et coutumes qui portent atteinte au développement, à la santé, voire à la vie de l’enfant sont interdites.

Article 160 : Quiconque impute méchamment et publiquement à un enfant un  fait précis qui est de nature à porter atteinte à son honneur et à sa dignité est puni d’une servitude pénale principale de deux à douze  mois et d’une amende de deux cents mille à six cents mille francs congolais.En cas d’accusation de sorcellerie à l’égard d’un enfant, l’auteur est puni d’une servitude pénale principale de un à trois ans et d’une amende de deux cents mille à un million de francs congolais.

La réalisation de cette campagne a pu voir le jour grâce au soutien des Théâtres Ambassy et La Compagnie Dakar  (Pays-Bas.)  En tout cette campagne s’est produite dans toutes les 24 communes de Kinshasa à raison de 4 représentations par commune dans des écoles ou des lieux publics (terrains de football)

photo02.jpg

Lire la suite »

Kinshasa, conclusions de la campagne “Un enfant, c’est pas sorcier”

Date de publication: 16 juin 2007 | Action locale, Actions | Fin des commentaires

En point final de la campagne de sensibilisation, cette manifestation a tenté de convaincre la population et ses dirigeants qu’un enfant, c’est pas sorcier et qu’il doit être protégé.

En conclusion de la campagne générée par le Théâtre de Poche et les subsides qu’il avait obtenu du CGRI, les différents partenaires, en tête desquels se trouvent les associations ASADHO, Cefocrim et Oser la Vie, ont décidé d’établir un plan en cinq ans pour approfondir le travail entrepris.

Les cibles seront les médias et les écoles.

La pièce “Un enfant, c’est pas sorcier” a été jouée dans une école et la direction souhaite prendre ce thème comme axe de travail avec les élèves pour l’année scolaire qui va s’ouvrir en septembre. C’est dire comme la problématique des enfants accusés de sorcellerie est considérée comme cruciale. Des dizaines d’autres écoles doivent être sensibilisées.

Quant aux médias, chacun sait l’influence qu’ils exercent sur la population et le collectif entend bien les utiliser un maximum pour éradiquer ce fléau.

campagne20071.jpg

Campagne d’opinion à Kinshasa « Un enfant, c’est pas sorcier ! »

Date de publication: 31 janvier 2007 | Action locale, Actions | Fin des commentaires

Roland Mahauden est directeur artistique du Théâtre de Poche à Bruxelles. Il est convaincu de la force de persuasion que son art peut exercer sur le public lorsqu’on lui propose du « théâtre engagé » aux deux sens du terme : celui de faire participer le public en l’invitant à réagir au cours de la pièce, et celui de véhiculer un message politique ou éthique.

Voilà qu’il s’attaque cette année à la problématique des maltraitances que certaines populations d’Afrique noire font subir aux enfants dits « sorciers ». Fruit d’une croyance coutumière, de l’ignorance des droits de l’enfant, et de la misère qui accule à des comportements extrêmes, l’accusation de sorcellerie touche beaucoup d’enfants de Kinshasa, de Lubumbashi et de l’est du Congo encore troublé par la guerre.

Roland s’allie à des associations locales actives dans la protection de ces enfants, dont « OSER LA VIE ». Il se met à construire avec elles un spectacle « engagé » dont le titre s’affiche sur les T-shirts noirs de tous les participants : « Théâtre de Poche – Un enfant, c’est pas sorcier ! ». 

affiche.gif

Lire la suite »

Campagne globale pour l’éducation

Date de publication: 30 janvier 2007 | Action locale, Actions | Fin des commentaires

Oser la Vie asbl a participé, ce lundi 30 janvier 2007 au Parlement Européen, au lancement de la Campagne Globale pour l’Education qui culminera en la semaine du 23 au 29 avril prochain.

Le thème est « JOIN UP » : Education rights now ! rejoignez-nous en une grande chaîne humaine de solidarité avec les 80 millions d’enfants du monde qui n’ont pas droit à l’éducation primaire : c’est plus que les enfants européens qui, eux, y ont droit.

Le but de l’action est de réclamer des gouvernants des pays moins développés de prendre les mesures pour accorder enfin ce droit qui est inscrit dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme, et de réclamer aux pays riches de donner les moyens de le réaliser. La décision a été prise depuis longtemps d’allouer 0,7 % du PNB à ce combat essentiel pour la lutte contre la pauvreté, mais de nombreux pays se font tirer l’oreille, et n’ont encore libéré qu’une petite partie des sommes promises.

Ouverture d’un cybercentre à Kinshasa

Date de publication: 4 septembre 2006 | Action locale, Actions | Fin des commentaires

Le projet était dans l’air : il fallait lancer une activité professionnelle à Kinshasa pour donner un peu d’autonomie financière à nos partenaires locaux.

Il nous a semblé que tout serait bien plus facile si les communications entre nous l’étaient aussi. Et puis un cybercentre pourrait déjà rapporter un peu. Il pourrait même servir à former les jeunes dont nous nous occupons sur cette matière devenue si importante dans le monde moderne qu’est l’informatique. 

Les Assurances Fédérales et la Régie des Bâtiments ont entendu notre appel, ils nous ont fourni 20 ordinateurs récemment déclassés, mais tout-à-fait convenables.

Restait à les acheminer, l’armée belge a acceptée de transporter gratuitement les quatre palettes du précieux matériel vers Ndjili, l’aéroport de Kinshasa. Et puisqu’une aubaine ne vient jamais seule, le transporteur BPS de Zaventem a assuré le transport initial de Wavre à Melsbroek.

Le 4 septembre 2006, notre collaborateur à Kinshasa, Osesa Osumbu, a réceptionné les quatre palettes de matériel et s’est s’affairé avec un technicien, de brancher tous ces ordinateurs, de les mettre en réseau et de “monter” le cyber-centre.

Début 2007, nous recevions le premier email en provenance du Cybercentre. Ci-dessous quelques photos.